Le Collège de psychiatrie de Grenoble est une association Loi 1901. Il a été créé en Décembre 2005 au niveau régional comme affilié au Collège de Psychiatrie créé au niveau national en Novembre 2004 dans l’élan des Etats généraux de la Psychiatrie de Montpellier en 2003.

L’année 2015 a été marquée par deux changements importants au niveau de ses statuts :

D’une part, une prise d’indépendance par rapport au Collège national. D’autre part, si le Collège s’adressait aux professionnels du champ de la psychiatrie et de la santé mentale, désormais la porte est ouverte à d’autres acteurs s’ouvrant ainsi aux familles, accompagnants et patients qui le souhaitent, privilégiant une dimension d’engagement plutôt que de fonction.

La visée du Collège de Psychiatrie de Grenoble reste multiple : rassembler les acteurs du champ de la psychiatrie et de la santé mentale qui se sentent concernés par le devenir de la psychiatrie et qui n’acceptent pas l’effacement de la clinique, ni celui de la pensée, du discours et de l’organisation institutionnelle des soins qui lui sont liés.

Le Collège de Psychiatrie de Grenoble envisage l’abord du patient selon une éthique qui comporte la possibilité de parler et d’être entendu dans un cadre qui respecte la confidentialité. Le symptôme, parlé ou agi est un message à entendre ou à déchiffrer, ce qui suppose la présence de quelqu’un de formé à qui il s’adresse et non pas seulement comme un dérèglement qu’il s’agirait de mesurer en fonction de normes forcément arbitraires et qu’il conviendrait de rééduquer et de faire taire. Le Collège défend une pratique qui s’enracine dans une conception humaniste de la psychiatrie française en appui sur l’institution et le travail d’équipe.

D’autre part, le Collège de Psychiatrie de Grenoble, du fait de la pluralité des formations théoriques, des pratiques cliniques de ses membres et des expériences des patients, souhaite ouvrir un champ de débats et de discussions avec les représentants des différentes pratiques Un des enjeux du Collège est la transmission du savoir de la clinique psychiatrique. Ceci suppose tout d’abord que ces différents acteurs se rencontrent, fassent connaissance et élaborent de nouvelles possibilités de transmission à partir des problèmes rencontrés sur le terrain.

Inscrit dans la vie de la Cité, le Collège de Psychiatrie de Grenoble participe à des groupes de travail avec les élus chargés des questions en rapport avec la psychiatrie et la santé mentale et à des travaux du Conseil Local de Santé Mentale de Grenoble ouverts aux familles et aux patients. Il siège à son Comité de Pilotage. Nous pensons que malgré la gravité des problèmes que rencontre la psychiatrie et à cause de cela précisément, il nous faut poursuivre la réflexion autour de nouvelles façons d’envisager, de penser, de parler de nos pratiques et de nos partenariats.

En résumé, trois dimensions constituent l’objet de l’association :

  • Une dimension politique, par la constitution ou la participation à des espaces de réflexion, d’échanges et de débats sur les problèmes éthiques soulevés par la psychiatrie et son devenir.
  • Une dimension d’études et de recherche, à partir des questions posées par la clinique, à travers l’organisation de colloques, de soirées, de groupes de travail, espaces ouverts aux professionnels comme aux non professionnels, dans une pluralité d’approches et de champs théoriques.
  • Une fonction de partage et de diffusion de ce que proposent localement différents groupes et écoles dans lesquels le Collège retrouve des valeurs et une éthique commune.

Recevez notre hebdomadaire avec les activités publiées dans la semaine.

Vos données restent confidentielles.
Plus sur la confidentialité ici